• look good girl
  • look yuccie
  • look bcbg
  • look casual
  • look excentrique
  • look flashy
  • look hipster
  • look streetwear
  • look rock
  • look lolita
  • look punk
  • look techwear
  • look workwear
  • look glamour
  • look tailoring
  • look bobo
  • look dandy
  • look romantique
  • look gothique
  • look amazone urbaine
  • look preppy

Devred s’appuie sur son passé picard pour avancer.

Fondée en 1902 à Amiens et en pleine santé, la société recherche les souvenirs de son histoire. La marque de prêt-à-porter, née à Amiens en 1902, poursuit son développement. Elle recherche des documents racontant un siècle de son histoire et lance un appel.

L’Amiénois Devred se lance dans le prêt-à-témoigner.

Née en 1902 à Amiens, la marque pionnière du vêtement « tout fait » pour homme, lance un appel aux souvenirs, objets et anecdotes sur sa longue histoire. Un héritage perceptible encore aujourd’hui. C’est une tendance forte dans l’industrie de la mode. Certaines marques trop récentes pour en avoir, tentent de se façonner à tout prix un passé, dans le but de nourrir un « story-telling ». Parce qu’aujourd’hui vendre ne suffit plus, il faut aussi (se) raconter. Certaines en viennent ainsi à invoquer l’image d’icônes, pourtant disparues avant même que ces enseignes n’aient vu le jour. Un comble…

Chez Devred, nul besoin de se fabriquer d’histoire authentique. Née à Amiens voici 114 ans, dans une boutique de la rue des Trois Cailloux, à deux pas de la cathédrale, la marque de vêtement pour homme peut toiser sa concurrence, au moins par son antériorité. D’abord baptisée Maison Devred, puis successivement Henri Devred et Devred, l’enseigne n’hésite plus à revendiquer son âge canonique dans son logo, devenu il y a quelques années « Devred 1902 ». Avec le 1902 en rouge.

A la mort d’Henri à 48 ans, son épouse Léontine a repris les rênes de l’affaire, entourée d’yeux affûtés sur les tendances parisiennes de la mode. C’est Léontine encore qui a déménagé, en convoi, employés et machines pour échapper aux affres des deux guerres, avant de relancer à chaque fois l’entreprise. C’est à elle également que l’enseigne doit la création de catalogues remplis de dessins de vêtements de la maison, faute de photos. Une tendance du croquis qui revient d’ailleurs aujourd’hui.

D’abord confectionnés, par des ouvrières à domicile, les vêtements de la maison Henri Devred furent ensuite fabriqués directement dans des ateliers installés aux étages supérieurs du magasins amiénois. Les vendeurs étaient payés au nombre de clients dont ils s’occupaient. « Nous avons conservé cette proximité particulière avec nos clients », argumente la directrice marketing.

La marque est restée dans la famille Devred jusqu’au rachat par le Groupe Omnium (Burton, Eurodif…) en 1996. Entre-temps, l’enseigne s’est déployée en priorité dans des villes moyennes. Avec des hauts et des bas, rencontrés au gré des aléas de l’économie et de sa longue histoire.

Cet héritage est encore perceptible, au point d’inspirer certains choix d’aujourd’hui. Devred teste ainsi actuellement de nouvelles offres personnalisées sur des tissus et finitions. Une idée que Devred 1902 revendique comme un retour aux sources. 

Idée de look avec Devred.

Réconcilier votre chéri, fan inconditionnel du jean-baskets, avec les costards c’est un peu comme tenter de le faire manger healthy alors qu’il ne rêve que de pizzas… Défi périlleux ! Pourtant c’est ce que la marque Devred parvient à faire en proposant des looks dandy cool dans sa collection. Le principe est simple : on mixe des pièces de costume avec des accessoires plus décontractés pour un look 100 % élégant 100 % confortable.